CCB - Collège Coopératif en Bretagne : formation continue, recherche-action coopérative
 

CCB Info. N°4 mai - juin 2000
L'actualité du Collège Coopératif en Bretagne

EDITO

ENTREPRENDRE D'APPRENDRE (1) TOUT AU LONG DE LA VIE

Le Forum de Printemps du 12 avril 2000 consacré au thème des "Compétences et des qualifications" a mis en lumière les changements multiples qui touchent aujourd'hui le paysage de la formation professionnelle continue et de l'éducation permanente. De son côté, le Conseil Scientifique du Collège a engagé, depuis quelques mois, une réflexion approfondie sur les perspectives d'évolution de l'offre de formation, notamment en matière de création de nouvelles formations diplômantes et certificatives, de validation des acquis et de modularisation des enseignements. Cette démarche s'inscrit dans le cadre d'une réflexion plus générale conduite au niveau régional avec nos partenaires et aussi au plan national dans le cadre du Groupement des Collèges et du Réseau des Hautes Etudes des Pratiques Sociales -RHEPS-.

Le Projet de loi de Nicole PERY, en débat aujourd'hui, devrait donner une impulsion significative. Le droit individuel transférable et garanti collectivement et le principe du co-investissement ouvrent des perspectives prometteuses. En matière de validation des acquis, le ministère2 prépare des directives qui vont faciliter la reconnaissance de l'expérience sociale et professionnelle dans l'accès à la formation et dans l'attribution, de tout ou partie, de diplômes.
Une diversité de stratégies formatives prennent corps, elles témoignent d'un rapport au travail et au savoir qui se transforme. Nous constatons d'ailleurs une évolution sensible du profil et des attentes des étudiants adultes accueillis au Collège.

Il convient d'identifier les sources de ces changements, d'en comprendre les enjeux et d'adopter une posture favorable aux adaptations nécessaires, aux ruptures indispensables, aux expérimentations porteuses d'avenir. Sans pouvoir identifier avec certitude si ce que nous vivons relève d'une simple réforme, d'une refondation ou encore d'un aggiornamento annonciateur d'un nouveau monde de production et de circulation des connaissances, nous devons aujourd'hui interroger un modèle forgé au cours des années soixante dans la mouvance de l'EHESS ; modèle très imprégné des utopies éducatives de l'éducation populaire. L'objet de cette contribution est de proposer un point de vue, de partager des réflexions, bref de nourrir cet ordre négocié3 qui fonde ll'originalité du projet collégial.

Un paysage en mutation, des perspectives nouvelles

Le Contrat d'études4 prospectives des organismes de formation, réalisé de 1995 à 1997, a mis en évidence des variables d'évolution. En premier lieu ce diagnostic souligne les limites budgétaires et en conséquence prévoit la recherche de rationalisation, de qualité et d'optimisation des moyens. Cette tension entre l'offre et la demande rend obsolète une logique construite uniquement sur l'offre et le catalogue, pour imposer une logique de construction conjointe d'un rapport cohérent et clarifié entre l'expression de la demande et la construction d'une réponse pédagogique. En second lieu, les rédacteurs de ce rapport annoncent le temps de la flexibilité, des réseaux, de la technologie et de l'autoformation. Cette orientation des pratiques, déjà perceptible, accentue l'individualisation du rapport à la formation, bouscule la place du formateur, interroge l'apparte- nance de l'apprenant à des
collectifs de pairs. Enfin, l'alternance formation/travail loin de constituer une césure, qui pourtant est parfois nécessaire, deviendra l'épine dorsale du lien entre les apprentissages effectués en situation professionnelle et les acquisitions réalisées en centre de formation, en centre de ressources pédagogiques ou encore à domicile. Le déplacement de la fonction du formateur, de sa forme la plus basique du face à face pédagogique, vers des missions d'ingénierie de formation est engagé.

Les centres de formation continue sont confrontés à des enjeux de concurrence accrue et de diversification. Malgré un rétrécissement perceptible de la demande solvable, l'offre de formation se développe par la double certification et la création de nouveaux diplômes. De plus, les organismes employeurs, comme les collectivités publiques, multiplient les sollicitations pour concevoir et mettre en œuvre des formations spécifiques "intra-muros" et aussi des missions d'étude et de recherche. La commande centrée sur l'opérationnel, qui privilégie le temps court et le retour rapide sur investissement, contrarie les logiques de développement personnel qui requiert un investissement durable et génèrent des retombées dont la rentabilité immédiate est plus aléatoire. Ces organismes doivent également prendre en compte l'évolution du public, appréhender des trajectoires diversifiées, répondre à des stratégies formatives hétérogènes.

Concilier formation professionnelle et éducation permanente

L'originalité et la pertinence du modèle collégial de formation résident dans son approche complexe et la mise en tension de concepts et de logiques : recherche et action, implication et distanciation, individuel et collectif, projet et trajet, objet et sujet, interdiscipline et discipline, particularité et universalité. Le parcours de formation par la recherche-action constitue une opportunité pour visiter à nouveau, individuellement et collectivement, son rapport au savoir, au travail et aux autres. "Entreprendre d'apprendre" est alors un processus d'apprentissage permanent qui, au gré des contraintes et des opportunités, permet à l'apprenant d'acquérir une qualification professionnelle complémentaire et aussi d'assurer son développement personnel par une éducation qui forme et transforme son rapport à la culture et aussi sa propre contribution à la culture.
Pour conclure, rappelons que les valeurs fondatrices du projet collégial, loin de s'apparenter à des utopies obsolescentes, constituent un terreau fertile qu'il convient d'exploiter et d'entretenir. L'éducation permanente, la pédagogie coopérative, la validation des acquis, les économies sociales, alternatives et solidaires sont autant de combats contemporains de défis à relever face à la banalisation et à l'instrumentalisation. Et si l'offre de formation supérieure continue doit prendre en compte l'évolution des exercices professionnels et l'impact des politiques publiques, elle devra également être à l'écoute des attentes et des aspirations des acteurs, expérimenter et intégrer de nouvelles pratiques pédagogiques, offrir de nouveaux outils. La coopérative de formation et de recherche, que constitue le Collège, apportera ainsi une contribution substantielle à la promotion individuelle et collective des acteurs.

Alain PENVEN
Directeur du CCB

Notes :

1- Henri DESROCHE, Entreprendre d'apprendre : d'une autobiographie raisonnée aux projets d'une recherche-action, Paris : éd. Ouvrières, 1978, 300 p. Retour au texte
2- Ministère de l'emploi et de la solidarité, 24.2.2000 Retour au texte
3- Intervention de Marcel CALVEZ, vice-président de l'Université Rennes 2, Forum de Printemps du CCB, 12 avril 2000. Retour au texte
4- Où vont les organismes de formation ?, Education permanente, N°132/1997/3

SUR LE NET

Une nouvelle page d'accueil

Le site Web du CCB a déjà deux ans ! Pour marquer le coup, la présentation de la page d'accueil a été totalement refondue et se veut plus conviviale.
Etudiants, formateurs et intervenants du CCB, ce site est aussi le vôtre, vos propositions et vos remarques sont donc les bienvenues pour vous offrir un meilleur service ! Envoyez vos commentaires par e-mail à eric.deshayes@univ-rennes2.fr ou à l'aide du formulaire en ligne.

Le catalogue de la bibliothèque en Intranet

Le catalogue de la bibliothèque du CCB est désormais accessible en Intranet à partir d'une simple page Web. L'interrogation du catalogue peut se faire sur différents champs : auteur, mot du titre, éditeur, année d'édition...
Adresse : http://www.ccb-formation.fr/intranet.htmContact : Eric Deshayes au 02.99.59.62.60 ou eric.deshayes@univ-rennes2.fr

NOUVEAUX MEMOIRES

Evelyne DI PASQUALE
"Choisir sa vie à l'heure de la retraite - Une possibilité pour les personnes handicapées mentales ?"
Coopérateur de recherche : Alain VILBROD, Sociologue UFR Lettres et Sciences Sociales Victor Segalen
Fatiha TARIB
"L'intégration d'une " migritude " - La place sociale des jeunes Rennais d'ascendance marocaine."
Coopérateur de recherche : Jean Yves DARTIGUENAVE, Maître de Conférences en sociologie Rennes 2

Eric BELLIN du COTEAU
"Etablissements scolaires et territoires ruraux. La contribution des lycées agricoles au développement local." Coopérateur de recherche : Alain EVEN, Socio-économiste UFR Sciences Sociales Rennes 2Contact : Eric Deshayes au 02.99.59.62.60 ou eric.deshayes@univ-rennes2.fr

QUE SONT DEVENUS LES DHEPSIENS ?

Une nouvelle enquête Afin de mesurer l'impact de la formation DHEPS sur les trajectoires professionnelles et sociales, le CCB a réalisé en 1992, puis en 1995 et plus récemment au cours de l'année 1999, une enquête par questionnaire. Les premiers enseignements de cette enquête mettent en lumière les changements qui se produisent au cours où à l'issue de la formation.
De cette enquête ressort une dynamique générale de transformation des pratiques professionnelles et des acteurs eux-mêmes.
En effet, parmi les étudiants ayant répondu (39 sur 107 personnes interrogées), 85 % ont connu des modifications dans leurs pratiques professionnelles. Selon les étudiants, ces modifications sont liées à l'acquisition de nouveaux outils de travail : outils théoriques et méthodologiques.
Ces modifications des pratiques professionnelles sont le résultat en grande partie de changements de l'activité professionnelle.
67 % des étudiants ont, en effet, connu des évolutions de leur activité professionnelle pendant la formation et/ou à l'issue de la formation : la moitié d'entre eux ont de nouvelles responsabilités sans changement de fonction ou de grade, et 35 % ont changé de métier. Ces changements de l'activité professionnelle ont lieu le plus souvent dans le même contexte institutionnel. On a donc bien une reconnaissance par le milieu professionnel de l'acquisition de compétences nouvelles susceptibles de légitimer ces nouvelles responsabilités.
Les transformations des pratiques sont observables non seulement sur le plan professionnel mais aussi sur le plan personnel. Le parcours de formation transforme en partie l'individu. Il développe la capacité à prendre plus de recul par rapport aux événements quotidiens, et aussi une certaine curiosité intellectuelle.
Au total, les dhepsiens en très grande majorité, jugent le dispositif de formation performant. Ils soulignent sa qualité, et l'éclairage, la distanciation et l'ouverture qu'il permet.
Enquête réalisée par Marilyne Fournier (MST "Intervention sociale et développement" à Caen).
Pour en savoir plus : contactez le CCB afin de consulter les rapports d'enquête qui seront prochainement disponibles sur le site Internet.Contact : Eric Deshayes au 02.99.59.62.60 ou eric.deshayes@univ-rennes2.fr

Parcours d'un dhepsien

Récit de Pascal SOURGET, ancien étudiant du DHEPS (promotion 26).
"Etre le témoin privilégié d'une étape de sa propre vie ; se retourner sur soi, sur les autres au travers de ses pratiques, c'est ce que m'a permis de faire le parcours du DHEPS que j'ai réalisé de 1995 à 1999."

"Après avoir occupé durant 5 ans des mandats locaux, nationaux et internationaux au service de mon organisation syndicale et des salariés que je représente, je m'interrogeais sur les possibilités de valider les formations directes (en face-à-face) et indirectes (expérientielles) en termes d'acquis " professionnels ". De ce questionnement ressortait, pour moi, deux possibilités : soit faire valider mes acquis dans le domaine juridique et m'engager vers des études de droit ; soit choisir la voie " sciences humaines " et suivre une formation DHEPS. C'est cette deuxième option que j'ai choisie.
Cette formation m'a permis d'opérer une recherche-action sur une population que je croyais connaître en entrant en formation : les saisonniers du tourisme. Mon thème de recherche porta donc sur l'identité des salariés saisonniers du tourisme en Pays d'Auray, mémoire qui sera du reste utilisé durant l'élaboration du rapport " Anicet Le Porz " commandé par le ministère de l'emploi et par celui du tourisme en 1999 sur " l'amélioration de la situation sociale et professionnelle des travailleurs saisonniers du tourisme ".
Après le DHEPS, validé par une soutenance en février 1999, le parcours aurait pu s'arrêter là. Les propositions d'emploi dans et hors du cadre syndical étaient suffisamment nombreuses pour me satisfaire au-delà de mes espérances. Mais mon choix s'est porté sur une autre épreuve : suivre une formation de troisième cycle.
En effet, considérant que j'étais impliqué dans le processus de recherche et ayant une opportunité de financement d'un DESS, je me suis réengagé dans cette nouvelle " épreuve ". Cette formation s'insère aussi dans un processus de spécialisation dans le domaine de l'emploi et de l'ingénierie de la formation."

Contact : Eric Deshayes au 02.99.59.62.60 ou eric.deshayes@univ-rennes2.fr

RECHERCHE D'ACTEURS (DUGS)

Anne GUYOT-THIBOULT
Paroles et silences aux heures du crépuscule

Coopérateur de recherche Maryvonne ROGINSKI, Psychologue, Responsable pédagogique DUGS"Dans mon travail d'infirmière à domicile, où je rencontre surtout des personnes avancées en âge... et depuis 17 ans que j'exerce... les silences autour de la mort sont pour moi un mystère. Les silences... plus que la mort elle-même. A travers cette recherche, j'ai essayé d'apporter réponse à cette question sans cesse réactivée dans mon exercice professionnel : " Comment comprendre que la mort du sujet âgé soit si peu parlée dans notre pratique gérontologique ? " Avec " le tabou " comme hypothèse explicative de départ, je me suis mise à l'écoute des différents " parler " de la mort :
" la mort au temps passé ", racontée par des personnes avancées en âge ;
" la mort au temps présent ", dite par ces mêmes personnes, mais aussi par des professionnels travaillant au maintien des sujets âgés à leur domicile.
Cette écoute m'a fait découvrir de façon nouvelle l'importance des clivages culturels inter-générationnels, et celle du contexte social ambiant. Si le tabou, présent "autrefois" demeure "aujourd'hui, il n'est pas suffisant pour expliquer que nous soyons passés de la mort " acceptée " des débuts du 20e siècle à la mort " refusée " de notre actuel Occident moderne. Entre temps a pris place le déni social de la mort auquel j'essaie d'apporter deux propositions explicatives :
- la montée de l'individualisme au détriment du sens communautaire,
- la croissance de " l'homme-dieu " au détriment de l'acceptation de nos limites humaines."Mémoires à consulter au CCB.

Contact : Eric Deshayes au 02.99.59.62.60 ou eric.deshayes@univ-rennes2.fr

A NOTER

En projet pour septembre/octobre 2000

Une nouvelle promotion du DHEPS FIF (Formateur et Ingénierie de la formation).
Contact : Claude Hooge et Jean-Luc Blaise au 02.99.14.14.37 ou jean-luc.blaise@univ-rennes2.fr

La troisième promotion du DHEPE Pratiques Managériales.
Contact : Paul Ondongo au 02.99.14.14.38 ou paul.ondongo@univ-rennes2.fr

En projet pour janvier 2001

Une nouvelle promotion DHEPS APS (Analyse de Pratiques Sociales)
Contact : Suzanne Kolb au 02.99.14.14.41 ou suzanne.kolb@univ-rennes2.fr

La deuxième promotion du Certificat d'Animateur d'atelier d'écriture
Contact : Christine Orand au 02.99.14.14.43

La troisième promotion DUGS (Diplôme Universitaire en Gérontologie Sociale)
Contact : Christine Orand au 02.99.14.14.43

Une nouvelle promotion DUPITH
(Diplôme Universitaire des Profesionnels de l'Insertion des Travailleurs Handicapés).
Contact : Jean-Luc Blaise au 02.99.14.14.37 ou jean-luc.blaise@univ-rennes2.fr

Une nouvelle promotion CADR-ARAC (Mastère de recherche-action-coopérative)
Contact : Alain Penven au 02.99.14.14.41 ou alain.penven@univ-rennes2.fr

En projet pour octobre 2001

La première promotion du DESS.ES.DS (Economie Sociale et Développement Solidaire)
Contact : Alain Penven au 02.99.14.14.40 ou alain.penven@univ-rennes2.fr

 

 

Imprimer
Collège Coopératif en Bretagne - Campus La Harpe - avenue Charles Tillon - CS 24414 - 35 044 Rennes Cedex - Tél : 02 99 14 14 41
Responsable de la publication : Annie Gouzien - Mentions légales